weekend-Marseille-Provence-CChillio

Dans la peau d’un marseillais : un week-end pastis-pétanque

Marseille, sa culture et son histoire, ses quartiers pittoresques… Pagnol nous l’a si bien conté. Avec ses monuments prestigieux et son art de vivre incomparable, la cité phocéenne rayonne à travers le monde : terrasses ensoleillées, concours de boules et rafraîchissements anisés sont forcément de la partie !

À l’origine, pieds joints ciotadens

Depuis plus d’un siècle, on joue à la pétanque

Ce jeu, cher à beaucoup, est bien né quelque part… et c’est à La Ciotat, à l’est de Marseille au bord de la Méditerranée, qu’il trouve ses origines. Son histoire est racontée au sein du Musée Ciotadien. Au départ, la « longue » se joue sur un pied, en équilibre au moment d’envoyer la boule par équipe de 3. Pour M. Hugues, vieil ami du propriétaire du jeu, pas facile de se tenir sur un pied ! C’est ainsi que Ernest Pitiot lui propose de rester « pieds tanqués » dans un cercle délimité à quelques mètres du cochonnet… la suite, vous la connaissez. C’est en 1910 que le premier concours est lancé. Il officialise ces nouvelles règles de « ped tanca », pieds joints en provençal. La pétanque est née !

13 points pour gagner la compet’

Rendez-vous au Mondial la Marseillaise à pétanque

Direction La Marseillaise à pétanque ! Ce rendez-vous de passionnés regroupe plus de 15 000 participants venus de 90 départements français et 160 000 spectateurs venus du monde entier. C’est dans les allées du mythique Parc Borély à Marseille, à deux pas de la mer, que la compétition fait rage. L’ambiance est authentique et conviviale, à l’image des Marseillais qui respirent le soleil et la joie de vivre. Dès l’ouverture, le prix Marcel Pagnol de la pétanque récompense le comité bouliste et la Fédération étrangère qui ont fait rayonner au cours de l’année ce jeu sans qui le Sud ne serait pas le Sud ! La Marseillaise à pétanque, c’est plus qu’un concours : ce rassemblement célèbre l’art de vivre et le vivre ensemble ! 

Nos meilleures adresses pour s’entraîner !

On ne naît pas tireur ou pointeur, on le devient ! Sur la Place de la Major, à côté de sa célèbre cathédrale, on s’entraîne sur un terrain de pétanque avec vue sur la rade de Marseille, à deux pas du quartier du Panier. Vers la Pointe Rouge, c’est face à la mer que l’on sort sa triplette : éclairé la nuit, le terrain permet en plus de profiter de sessions nocturnes après un beau coucher de soleil. Côté ambiance, le Cours Julien reste LA référence : novices et joueurs avertis se réunissent pour blaguer et jouer sur la place Carli, bercée par l’accent du sud qui chante dans toutes les conversations. Enfin, abrités par la « Bonne Mère », deux boulodromes ombragés sont parfaits pour jouer à la fraîche dans l’un des lieux les plus chers aux marseillais.

 

Tirer, pointer… trinquer !

À Marseille, même les boules sont bleues

Le Musée de la Boule ne pouvait pas s’installer ailleurs qu’au Panier, quartier emblématique de Marseille. Depuis 2015, vous pouvez visiter gratuitement ce temple de la boule et parcourir sa petite boutique à la recherche d’un souvenir : la célèbre triplette bleue ou un petit cochonnet, cela dépendra de la place disponible dans votre valise !  Ici, les vendeurs sont des passionnés. N’hésitez pas à les solliciter, ils se feront un plaisir de vous conter cette tradition qui leur est si chère. Si vous levez les yeux au ciel, vous découvrirez un plafond de cochonnets ! Mais attention de ne pas oublier de regarder où vous mettez les pieds : un petit boulodrome a pris place dans la boutique !

Petit jaune, pastaga… le pastis, c’est tout un art

Invité de marque des apéros du sud, le petit jaune – comme le surnomment les Marseillais – est un incontournable. C’est dans les années 20 que Paul Ricard lance cet apéritif anisé. Son succès est immédiat. À l’aube des années 40, le pastaga est le roi de la fête : il devient la boisson populaire n°1 en France ! Rendez-vous à la Maison du Pastis, sur le Vieux-Port de Marseille, où vous apprendrez qu’il n’y a pas 1 mais plus de 95 pastis et absinthes différents. Se servir un pastis ça ne s’invente pas, ça s’apprend. On vous livre le secret pour un pastis servi dans les règles de l’art : munissez-vous d’un verre ballon, versez-y 2 cl de pastis puis 10 cl d’eau fraîche et enfin, ajoutez-y les glaçons. Il n’y a plus qu’à consommer, avec modération !